Au début du conflit, le Portugal avait adopté le statut de la neutralité. Cependant, à la fin de l'année 1915, la Grande-Bretagne a demandé le Portugal d'arraisonner 72 navires marchands allemands à quais dans les ports portugais en échange de contrats. Réalisant les conséquences de ce partenariat tant économique que stratégique, le Portugal confisqua les navires en février 1916. De ce fait, l'Allemagne déclare la guerre au Portugal le 9 mars 1916.

     Pour ne laisser aucun doute quant à son engagement auprès des Alliés, le Portugal a entraîné et mobilisé une division renforcée de 35 000 hommes, surtout de l’infanterie appuyée par de l’artillerie de campagne, appelée  « Le corps expéditionnaire portugais » (CEP). Cette formation deviendra plus tard, deux divisions de 55 000 hommes. Durant tout le conflit (de 1914 à 1918), le Portugal aura détaché plus de 105 000 hommes (55 000 en Europe et le reste en Afrique, surtout en Angola).

     Le 2 février 1917, les premiers soldats portugais débarquèrent en France pour aller combattre dans les Flandres jusqu'au mois d'avril 1918. Par la suite, les troupes portugaises ont été réparties en trois bataillons d’infanterie et intégrées dans l’armée anglaise jusqu’à l’armistice.

     À l'issue du traité de Versailles, le Portugal créa sa médaille de la victoire suite au décret n°6 186, du 30 octobre 1919. Selon ce décret, la médaille de victoire devait être conférée au personnel de l'armée de terre et de la marine. Toutefois, différents décrets ont apporté des précisions sur les conditions d'attribution de cette médaille, comme le fait, que toute personne titulaire de la médaille commémorative portugaise avec l'agrafe « FRANCA 1917-1918 » ou « MOZAMBIQUE 1917-1918 » pouvait prétendre à cette médaille.

     Cette médaille est l’œuvre du sculpteur «João da Silva ». Sur l'avers, on trouve la figure symbolique de la Victoire en grand manteau et la signature « J DA SILVA » ainsi que « MDCCCCXX »(1920). Au revers, on trouve un bandeau central sur lequel on trouve les armoiries de la république du Portugal avec normalement 9 petites croix de guerres cerclées et l'inscription « MEDALHA DA VITORIA »(médaille de la victoire), cela ne concerne que le type 1. Pour le type 2, il n'y a pas de signature ni date en chiffre romain sur l'avers et les jambes de la victoire ailée sont plus courtes. Au revers, il n'y a que 5 croix de guerre non cerclées au lieu des 9 initiales.

     La médaille de type 2 semble avoir été produite en premier car le sculpteur João da Silva s'est plaint que son modèle qui avait été retenu comme modèle officiel, n'était pas totalement respecté. Le gouvernement portugais lui a donné raison, et, de ce fait, il y aurait eu une production de 800 exemplaires du type 1 sur les 1 000 initialement prévus.

   Cette médaille a été fabriquée par la maison « Frederico Costa» à Lisbonne. Par la suite, la maison « Buttuller » de Lisbonne a émis plusieurs productions de cette médaille avec de légères modifications ou défauts, ces dernières sont des modèles non-officiels.

     Les reproductions émanent de la France avec les maisons « Arthus-Bertrand », « Delande » et un troisième qu'il m'est impossible d'identifier car le poinçon est illisible. Dans son ouvrage « Laslo » ne parle pas des modèles Arthus-Bertrand ni Delande. Pourtant, j'ai déjà identifié un modèle « Arthus-Bertrand », quant au modèle « Delande » il était en vente dans son catalogue n°51. « Laslo » parle seulement du modèle « Chobillon », sauf qu'il semblerait que ce modèle n'est jamais été vu. De plus, la photographie de ce modèle est absente de son livre.

     La médaille peut être équipée d'une barrette ajourée, bien que cette dernière n'ait à ce jour aucune signification. On peut aussi trouver une étoile argentée d'un diamètre de 3 mm, cette dernière était attribuée aux combattants qui avaient participé à des combats sur les théâtres d'opérations.

     Le ruban est de type français (36 mm de large) et il n'existe pas de diplôme.

     La boite peut être de trois couleurs différentes : bleue, verte ou rouge.

     En matière d'attribution, on peut considérer qu'il y a eu environ 100 000 médailles d'attribuées.

 

 

INVENTAIRE DES DIFFÉRENTS MODÈLES

Affiche de la médaille de la victoire du sculpteur João da Silva et l'avers du modèle produit à 800 exemplaires . 

Modèle officiel type 1, en bronze, bélière boule, diamètre 35,50 mm . (Médaille offerte par le sculpteur João da Silva à sa fille (RARE)

Modèle officiel type 2, en bronze, bélière à boule, diamètre 35,50 mm, fabrication "COSTA" .

Non-officielle type 1, en bronze, bélière anneau large, diamètre 34,80 mm, fabrication « CASA BUTTULLER » .

Non-officielle type 2, en bronze, bélière boule, diamètre 34,60 mm, fabrication inconnue. (modèle présentant des défauts de fabrication, l'avers est bombé et le revers est plat ) . D'après Alexander Laslo cette médaille serait l’œuvre d'un militaire portugais .

Reproduction en bronze, bélière à boule, marquage « BRONZE » et poinçon « Arthus-Bertrand », diamètre       35,70 mm), fabrication française .

Reproduction en bronze, bélière à boule, marquage « BRONZE » sur l'anneau, poinçon « Delande », diamètre 35,90 mm, fabrication française .

Reproduction en bronze, bélière biconique,  marquage « BRONZE », « MADE IN FRANCE » et poinçon non lisible (peut être Delande), diamètre 35,38 mm, fabrication française .

RÉDUCTIONS

Réduction en bronze, la bélière a été ressoudé, diamètre 11,91mm.

Réduction en bronze, marquage "MADE IN FRANCE" sur l'anneau, diamètre 12,00 mm. Cette réduction possède le même défaut au revers que e modèle ci dessus.

Réduction en bronze, diamètre 12,00 mm.NOUVEAU