Au début du conflit, le Brésil est resté neutre jusqu'au torpillage du plus gros navire de la flotte marchande brésilienne le « paraná ». De ce fait, le 26 octobre 1917, le Brésil déclare la guerre à l'Allemagne.

      Dans un premier temps, le Brésil envoie une mission médicale d'environ 80 personnels au sein d'un hôpital parisien situé rue de la pompe dans le seizième arrondissement.

 

      Dans un second temps, Le Brésil met à la disposition des alliés une partie de sa flotte. Elle sera sous le commandement du Royaume-Uni. Elle est composée de 2 croiseurs, 4 destroyers, 1 navire de soutien et 1 remorqueur. Ces navires ne seront opérationnels que durant les trois derniers mois avant la capitulation. On dénombrera 176 morts dus à la grippe espagnole.

      Durant le conflit, des Brésiliens ont combattu sur le front au sein de la légion étrangère. On a répertorié 81 personnes. Parmi ces légionnaires, il y avait 2 officiers,  Luciano Antonio Vital de Miello Vieira et Gustavo Gelas. Ce dernier avait la particularité de s’être engagé comme volontaire en 1915 et de devenir officier à titre étranger en 1918 ; il poursuivra sa carrière dans la légion étrangère après le conflit. Le bilan des légionnaires brésiliens tués au combat est du nombre de 15. D'autres combattants, dont la plupart était officier, ont combattu sur le front. Le Brésil a aussi envoyé en Grande-Bretagne des combattants pour suivre une formation de pilote, 5 d'entre eux seront tués au combat.

      À l'issue du traité de Versailles, le Brésil créa sa médaille de la victoire le 22 juin 1923 sous le numéro 16.074, qui indiquait que cette médaille serait décernée principalement aux personnels de la marine, aux civils brésiliens qui se sont enrôlés et ont combattu dans les armées ou marines alliées, les attachés militaires et navals brésiliens, les membres de missions militaires, les membres brésiliens de la mission médicale et les personnels de l'armée ou la marine de l'Armée Nationale qui ont reçu la Croix de Campagne 1914 à 1919.

      Cette médaille est l’œuvre du sculpteur «Jorge SOUBRE ». Sur l'avers, on trouve la figure symbolique de la Victoire, debout devant sur un fond uni et sans inscription ni Date. Au revers, le bouclier national encerclé par les boucliers des nations alliées et associées, tous entourés par "GRANDE GUERRA PELA CIVILIZAÇÃO" (Grande guerre pour la civilisation). Au départ, cette médaille a été fabriquée par « CASA DA MOEDA » de Rio (monnaie de Rio) du moins pour le type 1. Pour le type 2 (sans le marquage sur la tranche), c'est la maison Janeiro de Joalheria « La royale » de Rio qui a produit le modèle.

      Il existe un essai ou prototype de cette médaille qui a été réalisé par deux graveurs français. L'avers est l’œuvre du sculpteur René BAUDICHON et le revers de Louis Octave MATTEI. Ce dernier avait déjà réalisé le revers de la fameuse médaille de la victoire non-officielle « Pautot-Mattéï ». Il a utilisé le même revers sauf que la légende est la suivante : « GRANDE GUERRA PELA CIVILIZAÇÃO 1917-1918 ». La bélière est à boule avec un marquage « Bronze » et un poinçon difficilement lisible sur la tranche. Cette médaille a été vendue à « Drouot-Richelieu » à Paris, le 21 octobre 1994. Cette médaille n'avait aucune chance d'être retenue comme modèle officiel, car elle ne respectait pas les normes imposées par le Brésil.

      Le ruban est de type français de 36 mm de large.

      Il existe un diplôme identique pour le personnel de l'Armée de Terre et de la Marine, ce document est très rare.


      En matière d'attribution, si l'on tient compte des légionnaires, de la mission médicale, des différents membres des missions locales et des équipages des huit navires de la flotte brésilienne, on est plus près des 1 500 personnels que des 2 500 estimés d'Alexander Laslo.

INVENTAIRE DES DIFFÉRENTS MODÈLES 

Modèle officiel type 1, en bronze, marquage « CASA DA MOEDA - RIO », bélière cylindrique, la plupart ont des bélières à anneaux comme le type 2.

Modèle officiel type 2, en bronze, sans marquage sur la tranche, bélière à anneau.(Collection Jérôme HOFFART)

Modèle officiel type 2, en bronze, sans marquage sur la tranche, bélière à anneau, diamètre 36,50 mm.

Copie en alliage, patine bronze légèrement doré, diamètre 35,97 mm, épaisseur 2,95 mm au niveau de la fleur, facilement reconnaissable au niveau du visage et de la chevelure

Copie en alliage, patine cuivre brun, diamètre 35,92 mm, épaisseur 2,50 mm au niveau de la fleur, facilement reconnaissable au niveau du visage et de la chevelure

DIPLÔME

(Collection Jérôme HOFFART)

PHOTOGRAPHIE

Photographie datant des années 50 prise au Brésil lors d'une réunion entre anciens combattants brésiliens. Il s'agit peut être d'un ancien légionnaire, il est décoré de la Croix Commémorative de la Campagne 1917-1918, de la Médaille Interalliée Brésilienne 2°type, de la Croix de Chevalier de la Légion d'Honneur, de la Médaille Militaire, de la Croix de Guerre 1914-1918 avec 4 citations (3 palmes et une étoile), de la Croix du Combattant, de la Médaille de la Reconnaissance Française du 2°type, de la Médaille Associative des Engagés Volontaires avec barrette "Engagé Volontaire", de la Croix de Guerre Belge avec une palme. (RARE)